cité française

Dans Une cité française, nous allons suivre Antoine, un jeune homme qui va être accueilli par sa sœur à l'aéroport en France. Il va être invité à vivre en compagnie de cette famille : sa grande soeur Madeleine, son mari, son neveu et ses nièces dans une cité à Bobigny: la cité Paul Eluard. L'élément central de ce roman est l'observation, en effet nous allons être témoin de la vie d'une cité et nous allons être plongés dans le quotidien d'un nouvel arrivant à travers le regard d'Antoine.

L'auteur nous propose de rencontrer de nombreux personnages qui vont avoir une importance dans la vie et l’avancement de notre protagoniste. Dès le premier jour notre personnage central va suivre des cours dans une école mais rapidement il comprend que le directeur de cette école souhaite véritablement qu'une seule chose : s'enrichir sur le dos de ces élèves. Une autre désillusion est le personnage nommé Antoine qui va lui proposer comme petit boulot, la distribution de prospectus mais rapidement il va s'avérer qu'il s'agit d'une arnaque.On va suivre également des moments intenses, lorsque Antoine décide de rechercher son ami Massala qui est arrivé à Paris avant lui...

Emery Rufin, l'auteur propose un regard et des réflexions intéressantes sur cette cité qui finalement pourrait être la nôtre, la vôtre, la leurs... En effet à travers des personnages comme Pierrin et Gaspard qui sont les doyens de la cité, l'auteur expose les pensées et des idées parfois lointaines d'anciens immigrés et soumet des pistes intéressantes pour l'avenir... Comme cette réflexion sur le côté artistique est sûrement un travail à effectuer au cœur des cités : pour de nombreux parents l'importance c'est la réussite scolaire au détriment du côté artistique comme l'exemple de sa petite-nièce, Aurélia qui est une « petite étoile montante de l'école de danse municipale de la cité » mais pour sa mère seule la réussite scolaire compte.

Ce qui est appréciable et intéressant c'est que l'auteur nous laisse volontairement dans le flou vis-à-vis d'Antoine, car peu importe, finalement l'identité complète de notre personnage central. On ne connaît pas vraiment son âge, on ne sait pas d'où il vient même si à la fin de cet ouvrage on a un indice « de celui où les deux capitales les plus proches du monde sont séparées par un grand fleuve. »

Vous l'aurez sûrement compris j'ai aimé cette lecture et je pense qu'il touchera encore plus particulièrement les personnes ayant vécu dans une cité. Dans le roman l'auteur parle de la dalle comme un « espace privilégié des enfants de la cité » et bien dans mon enfance on allait sur la colline au milieu des tours... Pour terminer voici une citation extraite du livre qui résume bien cette histoire : « Antoine avait plutôt le sentiment que la cité était une famille, celle d'une collectivité, vivant ensemble, avec le souhait d'une entente de bon voisinage et une aspiration mutuelle à une meilleure qualité de vie. »

Un grand merci aux éditions Langlois Cécile pour cette découverte.