pas de pitié pour martinVoici un thriller épatant tant sur la forme que le fond. Ce roman fait seulement 138 pages ce qui permet aux lecteurs de savourer encore plus les pages, de prendre son temps sur tant d'humour, mais pas n'importe quel humour : il s'agit d'humour noir.

Dans ce roman on va découvrir,Martin, Martin Reed, la quarantaine, sur-diplomé, sous employé et il faut le dire tout d'un looser.

Mais en même temps il s'agit d'un personnage attachant qui subit les moqueries quotidiennes de ses collègue et qui finalement ne réagit pas.

Un jour, il va être accusé de meurtre d'une de ces collègues et là tout va s’emballer. Martin va faire la connaissance de l'inspectrice Albada qui était une femme battue et qui c'est inventé une relation avec une femme afin d'être tranquille vis-à-vis de ces collègue masculin.

Et puis, il y a la mère de Martin, Evelyn Reed, la folie incarnée.

Ce roman est très bien grâce aux personnages qui sont des scénarii de films à eux seuls.

Mais aussi grâce au style de l'auteur qui est tout simplement drôle. Par exemple, le nom de l'entreprise ou travaille Martin : Super Sanitaires.

Et puis on apprend rapidement que Martin, le personnage principal est un grand lecteur de polar, Cornwell, Clancy, Grisham... et Martin fait référence aux personnages de ces romans comme Kay Scarpetta, la célèbre médecin légiste de Patricia Cornwell « Martin se gratta le menton et se demanda s'il pourrait jamais plus se fier à Kay Scarpetta».

Alors si vous avez envie de découvrir qui est le tueur, d'employé de Super Sanitaires. Lisez ce thriller !